AG du 16 novembre 2012

Compte-rendu de l’Assemblée  générale  de l’amap de Pompignac du 16 nov 2012

Gerard SEBIE prend la parole, et indique que cette AG se déroule à l’orée de la 5è année d’existence pour l’amap de Pompignac, qui compte à ce jour 88 adhérents, contre 78 en novembre 2011.

Le paysage girondin recense 67 amaps + une vingtaine de structures indépendantes.

RAPPORT D’ACTIVITE :

Alain Guillaume fait lecture du rapport d’activité. (pièce annexée)

Puis, Eric Durade et Georges Lacaze (Brigitte Martinez excusée), en tant que responsables distribution/planification interviennent pour rappeler que les distributeurs doivent veiller à suivre les consignes pour les horaires (arrivée un peu avant 18h pour aider à décharger les cageots de légumes) et en cas d’échange de permanence; il faut d’ailleurs penser à noter son nom en haut de la feuille d’émargement quand on est de permanence.

Sylvie Bonnevin intervient pour expliquer que la volaille de fête prévue à la livraison le jeudi 20 décembre sera parfaitement consommable pour le réveillon de Noël mais peut aussi être congelée. Elle signale aussi l’échange de coordination avec Emmanuelle Lagain. Sylvie s’occupera du Fromage de Brebis et Emmanuelle prendra en charge la volaille.

Josiane Guillaume, responsable de la communication, demande bien à tous de répondre à ses mails en faisant « répondre » et non pas en écrivant un nouveau mail à son attention. Ceci pour lui faciliter le tri des nombreux mails qu’elle reçoit, en fonction des thèmes.

Marie-France Roux intervient à son tour pour parler de la possibilité de prendre un contrat Agneau, juste pour une commande en fin d’année, même pour ceux qui n’ont donc pas pris le contrat initial qui proposait 2 livraisons dans l’année.

Le rapport d’activité est voté à l’unanimité et adopté.

RAPPORT FINANCIER :

Il est présenté par Francis Coup.  Solde positif : 547.29 euros

Ce rapport est voté à l’unanimité et adopté.

COTISATION ANNUELLE :

La cotisation pour la saison à venir reste à 10 euros. Cette décision est votée à l’unanimité.

RENOUVELLEMENT COLLEGE :

Gerard Sebie reprend la parole pour indiquer qu’aucun membre du « collège » composé de 15 personnes  ne souhaite démissionner. Pas de membres à renouveler.                                                                 Bien sûr les personnes qui souhaitent s’investir dans la marche de l’association seront les bienvenues, notamment pour la coordination des nouveaux produits.

Il présente ensuite Yannis Araguas, coordinateur relais amap gironde invité à l’AG, et Serge Boué de l’amap de Quinsac.

INTERVENTION RELAIS AMAP GIRONDE :

Yannis Araguas se présente : Depuis 2 ans, il est coordinateur Amap Gironde pour suivre la dynamique Amap depuis 2006. Il y a eu à cette période entre 10 et 15 créations d’amap chaque année. Les créations stagnent (2 à 3 par an), et la Gironde est le seul département sur la région Aquitaine qui évolue encore. Ce mouvement a créé des synergies importantes au niveau agricole, et interpellé les institutions qui trouvent un intérêt à ces circuits de distribution courts.

Le Relais Amap Gironde aide à la création des amap, intervient auprès des producteurs sur des questions techniques, gère la boîte mail en répondant aux questions variées (recherches amaps….) et s’occupe aussi d’évènementiel.

Gerard Sebie demande l’avis de Yannis Araguas sur le DRIVE Fermier (http://www.drive-fermier.fr/33/). Ce dernier répond que c’est une très bonne chose car la chambre d’agriculture, à l’initiative de ce Drive Fermier,  s’intéresse au circuit court et à la distribution de produits fermiers. Cependant, il précise que ce mode de distribution reste, sur de nombreux points, très différent d’une amap, par rapport aux contrats d’engagement ou des liens avec les producteurs par exemple, qui n’existent pas avec ce système Drive. Sylvie Bonnevin explique alors ce qu’est le Drive Fermier, en fonctionnement à Eysines depuis quelques semaines et ouvert à Lormont cette semaine.

Il répond aux questions posées par l’assemblée : Il existe 67 amaps en Gironde (dont 4 créées en 2012), situées surtout sur la CUB de Bordeaux, le long de la Garonne, puis en s’éloignant de Bordeaux sur des pôles urbains (La Réole, Langon…). Sur l’Aquitaine, on compte 66 amaps en Pays Basque/Béarn, une dizaine dans les Landes, 5 ou 6 dans le Lot et Garonne et moins en Dordogne.

INTERVENTION LEGUMES :

Gerard Sebie reprend la parole pour parler du contrat Légumes, qui sera renouvelé le mardi 4 décembre 2012. Le questionnaire envoyé à tous les amapiens n’a été retourné que par 14 personnes, dont 2 ne renouvellent pas. Il rappelle que ce questionnaire a pour but de connaître avant la signature des prochains contrats le nombre d’amapiens qui renouvellent ou pas leur contrat légumes afin de pouvoir ajuster le nombre de paniers qu’Aurore peut distribuer avec les personnes inscrites sur la liste d’attente.

Aurore Sournac intervient à son tour, et dresse un bilan rapide de cette année en production :  Une année techniquement difficile, d’une part à cause d’un printemps très sec qui a empêché certains légumes de pousser. C’est pourquoi cet hiver, nous n’aurons pas de panais ou de courges spaghettis. D’autre part, ils ont dû faire face aux dégâts provoqués par les lapins, qui ont trouvé refuge dans les roseaux  qui poussent facilement dans ces terres de marais depuis que la conversion bio les empêche d’utiliser du désherbant. Même les chasseurs pompignacais  n’en sont pas venus à bout ! Les rongeurs se sont régalés avec nos céleris raves, navets et beaucoup de choux….. Ces différents problèmes ont amené Aurore et Philippe à prendre des décisions coûteuses pour remplir correctement nos paniers (achat de plants de légumes supplémentaires…). Aurore nous explique aussi que les « plants » bio sont plus chers. Aussi, ils ont pris la décision d’augmenter d’1 euro nos paniers, faisant passer les grands paniers à 12 euros et les petits à 7 euros.

Cette augmentation devrait leur permettre de se refaire un peu de trésorerie et de prévoir l’achat de matériel pour le passage en Bio de 100 % de leurs terres. Actuellement, seule la serre de 4700 m2 + 1 hectare de plein champ sont en conversion Bio.

En achetant le matériel nécessaire qui remplacera  les traitements chimiques, ils prévoient d’entamer d’ici 2 ans la procédure de conversion Bio des 5 hectares restants de plein champ.

Explication sur la conversion Bio : La 1ère année, pas de communication possible. La 2è année, le producteur peut noter C2 à côté des légumes en conversion Bio (à partir de janvier 2013). La 3è année, on peut afficher AB.

Par ailleurs, Aurore nous explique qu’ils ont décidé de tester à Pompignac un mode de distribution différent de celui actuellement en place. Il est déjà en place dans d’autres amaps  qu’ils fournissent et tout se passe très bien.

C’est ainsi qu’à partir de Décembre, et pour 1 mois d’essai (s’il n’est pas concluant, on en reparlera), les amapiens apporteront leur propre contenant (sac, cageot….) et le feront remplir par les responsables de la distribution avec les légumes présentés devant eux, en suivant la liste affichée des légumes qui composent le panier du jour.

Pendant ce mois de test, à chaque distribution,  un ou plusieurs membres du collège apporteront leur soutien aux distributions, notamment en s’occupant de la distribution des œufs.

L’expérience d’Aurore avec les amaps qui ont adopté ce fonctionnement lui permet d’affirmer que cela ne prendra pas davantage de temps, et que ce mode de distribution permettra de créer des liens entre les amapiens, les distributeurs et les producteurs. Les « distributeurs » du mardi seront plus occupés puisqu’ils doivent remplir les paniers des amapiens…..

Pour les nouveautés, Aurore nous parle d’éventuelles fraises pour l’été prochain, de nouvelles variétés de tomates (dont certaines anciennes, mais sélectionnées car quelques unes apportent des maladies), de nouvelles courges. Mais elle insiste sur ce problème important et non résolu du lapin prédateur, pour lequel ils cherchent une solution !

NOUVEAU CONTRAT KIWIS :

Emmanuelle Lagain est informée par l’amap de Tresses d’un nouvel engagement avec un kiwiculteur de la région, qui commence fin novembre jusqu’à début avril, pour 7 livraisons (toutes les 3 semaines). Il propose des kiwis Bio au tarif de 2.30 euros/kilo (entre 11 et 13 fruits/kilo).

Un nombre important des amapiens présents semble prêt à commander, aussi il est décidé que Josiane Guillaume enverra un contrat rapidement aux amapiens pour connaître leur intérêt pour ce nouveau partenariat. La première livraison pourrait avoir lieu le mardi 11 décembre et se ferait, de la même façon que pour le poisson, en même temps que Tresses.

L’ordre du jour s’est terminé dans la convivialité autour d’un buffet préparé par les bénévoles  du collège.

Emmanuelle LAGUAIN                                                                                                                                              Secrétaire de séance

 

 

 

CatégoriesAG